Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

UNE AME POSEE SUR DU PAPIER - UN JARDIN A LA COUR - ABDEL HAFED BENOTMAN

Publié le par Bob

UNE AME POSEE SUR DU PAPIER - UN JARDIN A LA COUR - ABDEL HAFED BENOTMAN

Introduction* : « Au plus profond de l'intimité d'un sacré manieur de mots »

Ce sont 120 pages autobiographiques et 15 nouvelles que les éditions Rivages proposent dans ce livre posthume d'un auteur pas comme les autres. Taulard, braqueur, scénariste, apatride, auteur de théâtre, anar, écrivain, Benotman s'est tapé 17 années de détention.

Il s'est barré - peut-être évadé ? - pour rejoindre le contingent désœuvré des révoltés disparus. C'était en février 2015. Les éloges ont plu, les divers témoignages étaient poignants. Parti trop jeune. Un peu plus de cinquante balais. Ses romans je ne les ai toujours pas lus. Alors, après une sévère séance d'autoflagellation, je me suis jeté sur celui-ci pour enfin me pencher sur les écrits de cet auteur tant apprécié. Et j'ai pigé – me semble-t-il - assez vite le pourquoi du comment grâce à ces pages où il nous conte sa vie pas ordinaire. Je ne pouvais espérer mieux pour entrer en profondeur dans son univers créatif et son intimité.

Et l'avant-propos nous met immédiatement en situation « Je suis un homme qui essaie d'écrire au-delà du lecteur,... » Puis, c'est le style qui nous marche sur les arpions comme s'il nous prenait la folie de danser avec la troupe de danseurs de claquettes irlandais. On trépigne avec ses lignes où la langue verte fait ami ami avec une poésie renversante. Quand l'ardeur des mots fait des câlins aux muses. Et ces mots nouveaux qui agitent l'esprit: « ...épouvantable d'affreusités abominables... » Une verve poussée par des élans de pure sincérité. C'est à la fois émouvant et admirable.

On touche à l'essence même d'un homme, d'un auteur. Une vie faite de vibrations avec son amour pour les femmes, ses déboires avec la justice, sa relation avec son père, ses révoltes et sa passion pour l'écriture ici parsemée de vifs monologues intérieurs - un échange de pensée qui vise le lecteur -, de confessions. Il ne proclame pas, il cause, il débat, s'ébat, combat. De son anticonformisme notamment qu'il a gardé intact jusqu'au bout. Ni Dieu ni maître. « Dieu existe ? Oui mais... je ne suis pas obligé de croire en lui, de même que je ne peux nier l'existence d'un chef d’État, mais de là à avoir foi en sa personne ? » Il fustige les conditions de vie en prison avec les dégâts qui en découlent. Le désordre psychologique des détenus n'est pas une invention. Cette violence il se l'inflige. Son refus de travailler lui a valu du mitard à répétition. Il s'en fout, c'est ainsi et pas autrement. Son désir d'évasion est tenace. Et il pose ses mots sur le papier. L'écriture est une lutte, dit-il. Puis ce sont 15 nouvelles dans lesquelles on retrouve la prison, l'amour et son éternelle fraternité.

Il existe d'autres écrits sur la détention, en détention. Celui-ci est d'une intelligence rare car sa vision de l'homme et de la société sont au cœur de son œuvre – j'ai bien dit œuvre - c'est aussi et surtout cette volonté de rester un passeur. Passeur de mots et passeur d'idées. Transmettre avec force et conviction. Avec dérision et sans soumission. Un jardin à la cour à sa place dans les lycées, les séminaires des personnels de surveillance de l'ENAP, les bibliothèques de nos politiciens, celles de nos journalistes, la mienne, la tienne. Il faut relire ces mots qui appuient là où ça fait mal. En souvenir de lui, de ce qui reste de lui, une âme posée sur du papier qui subjugue autant qu'elle réjouit.

Mention : Je me dois de vous recommander cette interview parue en février 2015 sur le site « Mouvements des idées et des luttes » :

http://mouvements.info/prison-et-ecriture-haute-surveillance-entretien-avec-abdel-hafed-benotman/

*Penny est mon assistante et amie. Elle intervient en introduction de mes chroniques.

« Un jardin à la cour »; Editions Rivages/Thriller ; Date de parution : Avril 2016 ; 320 pages.

Abdel Hafed Benotman est né en 1960. Il est de nationalité algérienne mais a toujours vécu en France. Il a fait un certain nombre de séjours en prison pour braquages. Il joue des petits rôles au cinéma et se consacre à l'écriture.

Voir les commentaires