Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

PLOUF PLOUF CE SERA CELUI-LA !

Publié le par Bob

PLOUF PLOUF CE SERA CELUI-LA !

(Illustration de Cédric)

Dans quelques jours, j'ai plus la date en tête, je vais boucler la deuxième année d'existence de mon blog. Le nourrisson en a bouffé du papier noir – j'ai essayé la tétée, le lait c'est pas son truc, il n'a rien voulu savoir, il s'est mis au scotch direct au goulot. Il a été demandeur mais son papa Bob l'a freiné un peu because « faut quand même pas rater la sieste. » et puis c'est pas un bizness, c'est un pur plaisir qu'il n'échangerait même pas contre une (grosse) poignée de dollars. Parce que son affaire au Bob Polar c'est la poignée de polars et c'est même plus une poignée c'est une brassée, des dizaines d'écornés, froissés ou quasi neufs écrits par des auteurs qui, dès que tu cites leurs noms, te filent la bave à la lippe comme un anthropophage matant un 4X4 de sumos paumés dans la savane subtropicale. Bon, je n'ai pas trop pu les ouvrir mais, je le jure sur la tête du Chef suprême Kim Jong-un, je vais y taper dedans en 2016. La série (sept) des Sjöwall et Wahlöö ne se refuse pas...

Donc, ce furent de nombreuses nouveautés qui ont occupé mes heures de lecture. J'en profite pour remercier les éditeurs qui me font confiance.

Pour tout vous dire - « Fais gaffe Bob, tu vas encore lancer une fadaise ! »me susurre discrètement Penny, mon assistante et amie – j'en suis à 58 chroniques au total. Et là Penny m'assène le coup fatal en me comparant à un aï, la bestiole griffue qui rampe à la folle allure de 10 mètres à l'heure, et en précisant que certains collègues se tapent pas loin du double. Abattu je rétorque dans un dernier sursaut « Ouais mais moi je les déguste les bouquins... »

C'est vachement dur de choisir quelques romans qui ont vraiment marqué mes lectures. J'ai commencé à faire le point et... j'en ai plus d'une trentaine, là sous mes yeux. Alors, je ne vais pas faire plouf plouf ce sera celui-là! Je vais probablement en laisser sur la touche et il n'y aura pas ceux qui ont été retenus par une majorité de blogueurs, critiques et lecteurs car ils ne sont pas passés entre mes mains – pas de SP, pas d'achat, pas le temps.

Parmi ceux qui ont paru avant 2015 et celui qui sort vraiment du lot est « Après la guerre » de Hervé Le Corre (Chez Rivages). Je ne vais pas en faire de tonnes puisque vous l'avez lu et apprécié tout comme la petite bombe de Franck Bouysse et son « Grossir le ciel » (La Manufacture de livres). Je tiens à préciser que les deux étaient au salon Polar'Encontre (dont je suis membre et je vous y attends les 5 et 6 mars 2016). Je ne peux passer sous silence « La ballade des misérables » (Asphalte) d'Anibal Malvar qui jongle avec la magie des mots.

Chez Seuil, j'ai été bluffé par « Les assassins de la 5e B » de Kanae Minato, par le sud-africain Mike Nicol et son « Du sang sur l'arc-en-ciel », par « Une contrée paisible et froide » de Clayton Lindemuth et par « Le chant de la Tamassee » de Ron Rash (parution début 2016). Les Editions Liana Levi nous ont offert l'excellent roman (avec une intrusion SF) de Iain Levison, « Ils savent tout de vous ». Dans les nouvelles collections c'est Antonin Varenne (Territori - Ecorce, La Manu) qui nous a ruralisé avec « Battues », angoissé avec « Pike » et « Cry father » de Benjamin Whitmer, déridé avec « Franck Sinatra dans un mixeur » de Matthew McBride (les deux chez Néo Noir – Gallmeister).

Non je ne m'arrêterai pas en si bon chemin... puisque le talent de Patrick Pécherot est passé par-là avec « Une plaie ouverte » (Série Noire) ainsi que Personne ne court plus vite qu'une balle » (L'Archipel) de Michel Embareck. J'ai découvert grâce à la Manufacture de Livres « Gran Madam's » le petit bijou de Anne Bourrel et chez Jigal « Trait bleu » de Jacques Bablon. Guillaume Audru a pointé son nez avec « L'île des hommes déchus » (Caïman) et Aaron Gwyn le sien avec « La Quête de Wynne » (Gallmeister). Lorenzo Lunar et Juan Martini avec respectivement « Coupable vous êtes » et « Puerto Apache » (Asphalte) ont touché là où ça fait mal. Bon, j'ai craqué et ne peut terminer sans grossir la liste avec « Le contrat Salinger » de Ben H. Winters (Super8) et le coup de pouce pour les Editions du 38 avec « Antithèse » de Jean-Baptiste Ferrero.

Puisqu'il faut bien conclure, ce sera avec Pascal Dessaint pour « Le chemin s'arrêtera là » et Tim Dorsey avec Torpedo Juice » (Rivages) qui m'ont enthousiasmé.

Alors que 2016 se la radine à la vitesse grand P comme Polar, j'ai encore matière à me mettre dans les gencives avec des parutions de cette année 2015. Je vous dis pas..!

« Entre le néant et le chagrin, j'aime mieux le lard, comme disent les Auvergnats. » La position du tireur couché (1981) Jean-Patrick Manchette

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>