Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LES MIGRANTS ET LES BRIGANDS - AHMED TIAB - LE DESERT OU LA MER

Publié le par Bob

LES MIGRANTS ET LES BRIGANDS - AHMED TIAB - LE DESERT OU LA MER

Introduction* : « Le sort de ces migrants est à pleurer... »

Oran. Niamey. Le commissaire Kémal Fadil fait une découverte effrayante qui va l'amener à s'interroger sur l'existence d'un odieux business. Au même moment, la jeune Fatou fuit les avances insistantes de son oncle et se retrouve embringuée dans une équipée mortelle qui doit la conduire dans la capitale algérienne. Une porte ouverte vers la liberté ?

Je découvre la collection Aube Noire avec ce deuxième roman d'Ahmed Tiab où l'on retrouve le personnage principal de Le Français de Roseville que je me promets de lire incessamment sous peu. C'est donc à Oran, que l'auteur connaît bien pour y être né, que s'ouvre ce récit qui va être ponctué par l'alternance à chaque chapitre d'une part de l'enquête du policier algérien et de l'autre du parcours d'une jeune nigériane et de ses camarades d'infortune. Quand les deux personnages vont enfin se rencontrer de tristes et douloureux événements se seront déroulés.

Quand on retrouve des corps en phase de décomposition, que ces mêmes corps portent des mutilations rituelles, Fadil fait évidemment le rapprochement avec ces migrants africains qui débarquent en quête d'une terre de refuge. Mais l'Algérie n'est pas à priori l'étape favorite de ces hommes, femmes et enfants en perdition. Il va, avec son équipe et la collaboration des collègues français, tenter de remonter la filière mais cela ne se déroulera pas sans quelques obstacles inattendus. Dans le désert certaines rencontres peuvent parfois causer de graves désagréments. La police, les faux policiers, les scorpions, les djihadistes sont autant de freins dans l'itinéraire chaotique de Fatou. Les agissements d'Ali, qui l'a entraîné dans ce périple, l'inquiète.

Devant notre écran de télévision ce sont les images des camps de migrants, des corps rejetés par la mer sur les côtes, des rafiots surpeuplés, des colonnes d'êtres marchant vers une frontière et un futur illusoire qui restent gravés dans nos consciences. Mais l'horreur existe aussi bien avant la traversée, durant leurs expéditions qui doivent les mener sur les côtes. L'auteur s'applique, avec une certaine efficacité servie par une description soignée, à nous précipiter dans ce continent aux deux visages, l'Afrique noire et celle du Maghreb, le désert et la mer et il ne manque pas de nous décrire la misère, la maltraitance des femmes sous ses aspects les plus sombres (viol, prostitution, inceste) et enfin ce trafic de clandestins - générant des profits colossaux – qui est le fil conducteur de cette éprouvante histoire. A l'image des deux personnages principaux, spectateur ou acteur on est ballotté entre la détermination et le désespoir. Le flic met tout en œuvre pour aboutir, la jolie Fatou subit. Le destin est parfois impitoyable mais aussi lumineux.

Ahmed Tiab a cette qualité qui fait les bons romans, il laisse une marge aux lecteurs afin qu'ils y gravent leurs émotions, il ne fait pas dans la surenchère, il peint des paysages, dépeint des portraits, active avec humanité les ressorts du roman noir. Nous attendons les prochaines enquêtes du commissaire Fadil rencontré dans Le désert ou la mer puisqu'il ne fait aucun doute qu'il y en aura d'autres

Mention : Et l'on fredonne, comme dans le roman, la chanson de Trenet... en sanglotant d'indignation et de honte.

*Penny est mon assistante et amie. Elle intervient en introduction de mes chroniques.

« Le désert ou la mer »; Editions de l'Aube/Noir ; Date de parution : 4 mai 2016 ; 288 pages.

Ahmed Tiab, né à Oran (Algérie) en 1965, vit et enseigne aujourd’hui à Nyons, en France, depuis le début des années 1990. Le Français de Roseville est son premier roman.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>