Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LES VOIX DU SAIGNEUR

Publié le par Bob

LES VOIX DU SAIGNEUR

Page 162, autoradio du commandant Alex Bruce ; Morcheeba : « I'm so glad to have you And it's getting worse I'm so mad to love you And you evil curse. »* Un truc qui pourrait se traduire par « Je crève de ton amour et ça craint pour moi. » Voila, tu le tiens ton flic tourmenté. Sinon, tu vas devoir te taper Vox, un zigue plutôt malsain, qui échappe aux poulagas, qui a de fâcheuses manies, qui... T’inquiète, Dominique Sylvain a cerné le personnage en long, en large, en diagonale et par transparence.

Les flics galèrent depuis trois longues piges. Une flopée de victimes. Des femmes. Vox. Tel est le nom attribué au tueur en série par le commandant Axel Bruce. « L’univers est une machine. » est une des phrases enregistrées par l’assassin sur une cassette laissée sur les lieux du crime. La voix des trucidées semble être au cœur des motivations de Vox. Le modus operandi est identique. Castro, animatrice radio, est la dernière proie. Pour le choper il faut l’appâter. Ce sera une fliquette, Martine Lewine qui, malgré son passé, va s’y coller.

Bon, tu l’auras ta dose de scène horrible qui va t’envoyer au plumard avec un Témesta. Viol, strangulation avec une corde de violoncelle (je te le dis tout de suite, Rostropovitch n’y est pour rien). Et puis, ces enregistrements. Les experts l’affirment, les voix des victimes ont un timbre distinctif. Pour le coup, Céline Dion n’a pas à être inquiète. C’est sur ces données que l’auteur échafaude son plan qui va te mener jusqu’aux frontières de la transmutation. Grâce à ce sacré Vox qui a des ressources et des sources proches : « Notre cerveau peut être considéré comme une machine de réalité virtuelle. » Pour parer à ces agissements dévastateurs, Axel Bruce va devoir secouer le cocotier et remonter à tâtons jusqu’au tueur.

L’auteur appuie là où ça fait mal. Non pas que sur les plaies vives mais aussi sur les stigmates. Le personnage du commandant Bruce et sa relation plutôt particulière avec Fred, son ami journaliste, agit comme un leitmotiv tout au long du roman. Le trouble perçu s’épaissit avec l’entrée en scène de Sagnac, le psy et de la fliquette Lewine. La douleur latente se mêle à la perversité de Vox. Dominique Sylvain mène son chœur à la baguette avec précision et virtuosité, ne laissant au lecteur que peu de répits. Mezzo voce, mezzo forte, mezzo piano, le dosage est subtil. Un bon thriller qui ne m’a pas laissé sans voix mais cependant de très bon ton...

Note : 3,5/5

Mention : J’ai appris un truc : « Les voix du Saigneur ne sont pas impénétrables. »

*http://www.youtube.com/watch?v=UJSvNLvcwhg

« Vox » Editions Viviane Hamy (Poche « Points ») ; Paru le 03/01/2013; 288 pages

Dominique Sylvain, née en 1957 en Lorraine, a débuté en tant que journaliste. Elle est l’auteur de nombreux romans policiers, disponibles en Points. On peut suivre les personnages de Vox dans Cobra.

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>