Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LA CONSPIRATION

Publié le par Bob

LA CONSPIRATION

Introduction : « Ah ben, ça alors ! Si j'avais su. Ma prof de gym me disait toujours : ma chère Penny vous êtes brillante ! » Je n'ai pas pouffé, je vous le jure, j'ai éclaté de rire...

Depuis 1980 des enfants naissent avec certains pouvoirs. Ils représentent 1% de la population mondiale. Nick Cooper, héros humain et patriote est de ceux-là. Il est en charge de la traque puis de l'éventuelle élimination de ces Brillants qui pourraient représenter une menace pour la société. L'un d'eux, John Smith, commet des attaques terroristes. Cooper va tenter l'impossible pour l'arrêter.

Voici le premier tome paru chez Folio policier en février 2016 (à la Série Noire en 2015) de cette série. Le deuxième tome « Un monde meilleur » est paru récemment. Faire une incartade dans un thriller mêlant la SF n'est pas pour me déplaire tout en sachant que la dystopie et l'uchronie en sont le moteur. Donc, pour faire simple, on réécrit l'Histoire et celle-ci va nous montrer que désormais la société part en sucette. Alors que tout laissait à penser que les Brillants allaient apporter un renouveau exceptionnel grâce à leurs capacités, c'est le côté obscur de leur force qui semble prendre le dessus. Dans la première phase c'est un caïd de la finance qui fait exploser les marchés. Crac ! C'est un krach. Là, l'inquiétude gagne et la chasse aux Brillants commence avec notamment notre Cooper – son don lui permet de détecter les mouvements et ainsi les intentions des individus - qui va devoir s'attaquer à un gros morceau, un chef terroriste qui sème la mort. Cooper, dont la fille de quatre ans présente certains symptômes de niveau 1 des Brillants et qui sera séparée de sa famille, va proposer un deal.

On l'a bien en main notre page-turner et on constate qu'il ne déroge pas à la règle du thriller trépidant, pétaradant et du héros qui court, court toujours pour arriver juste avant que ça pète, qui pense que ça ne va pas péter et pourtant ça pète quand même. A vrai dire, parfois, on aime ça quand c'est bien fichu, quand les personnages malmenés par leurs tourments ont une histoire à raconter, quand le récit n'est pas vide de sens. Bien sûr l'auteur est tenté, comprenez-le, de nous en mettre plein la vue alors c'est parfois un peu too much. Mais peut-être a-t-il déjà négocié les droits d'adaptation ? Il faut du tonitruant dans ce face à face entre le chevalier blanc et le truand. Et puis filmer des pouvoirs psychiques la caméra elle sait pas faire. Mais je m'égare. Marcus Sakey avance ses pions et marque des points. Manipulation et emprise psychologique, contrôle de l'esprit – par des implants cérébraux (à ce sujet lire les travaux troublants de José Delgado dans les années 50 et 60 qui évoquait une possible dérive Orwellienne) -, ostracisme - dans la mesure où les Normaux considèrent les Anormaux comme une race distincte - sont autant de sujets abordés que l'on retrouve dans nombre de fictions SF mais une piqûre de rappel ne peut pas faire de mal.

« Les Brillants » est tout sauf soporifique. L'auteur construit sa machine de guerre avec méthode, conviction et offre aux personnages des profils psychologiques dignes d'intérêt. Le lecteur amateur de thriller et SF va immédiatement signer des deux mains pour connaître la suite et pour les autres la tentation pourrait s'insinuer vicieusement - comme une micropuce dans le cerveau des Brillants – afin de connaître l'avenir de cette société qui, allez savoir, pourrait être la nôtre demain.

Mention : Pour rire un peu. Les Brillants n'utilisent pas de brillantine.

« Les Brillants, vol. 1» Trad. de l'anglais (États-Unis) par Sébastien Raizer ; Collection Folio policier (n° 788) ; Parution : 18-02-2016.

.

Né à Flint, Marcus Sakey passe sa jeunesse dans plusieurs banlieues autour de Détroit. De 1992 à 1996, il entreprend et complète ses études supérieures en communications et en sciences politiques à l'Université du Michigan. Il travaille ensuite dans une entreprise de conception graphique à Atlanta, puis, pendant une dizaine d'années, dans le milieu de la publicité et du marketing. Après son mariage, il s'installe à Chicago et s'inscrit pendant près d'un an dans un programme de maîtrise avec une spécialisation en création littéraire. En 2008, il publie Désaxé (The Blade Itself), son premier roman, qui se déroule, comme la plupart de ses œuvres ultérieures, dans le milieu populaire des travailleurs de la construction et de la voirie au sud de Chicago. En 2015 , il publie le premier tome de sa série « Les Brillants » à la Série Noire.

Voir les commentaires