Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #polar des pyramides tag

FI DES COPTES ! - MEURTRES RITUELS A IMBABA - PARKER BILAL

Publié le par Bob

FI DES COPTES ! - MEURTRES RITUELS A IMBABA - PARKER BILAL

Introduction* : « Du haut de ces pyramides quarante (et quelques siècles) vous contemplent... »

Le Caire. Imbaba (quartier pauvre). Le détective Makana va enquêter dans une agence de voyage où il fait la connaissance de Meera. Celle-ci est assassinée. Quelles sont les réelles activités de l'Ibis bleu, qui est ce Youssef, que vient y faire cette banque ? Un peu plus tôt des meurtres atroces de jeunes garçons musulmans sont habilement attribués à des fidèles de l'Église copte orthodoxe. Makana va activer son réseau et, à ses risques et périls, s'employer à découvrir les responsables.

Tout d'abord, je signale aux lecteurs découvrant cet auteur que ce roman n'est pas un thriller pur et dur, le titre pouvant prêter à confusion. Parker Bilal, pseudonyme de Jamal Mahjoub, nous avait particulièrement intéressé avec la parution de son premier opus Les écailles d'or (lien). Si ce nouveau récit peut se lire séparément on y retrouve des connaissances de ce sacré type qu'est Makana, ex-officier de police soudanais, exilé en Egypte, vivant de peu sur sa péniche plutôt pourrie et reconverti dans la recherche de la vérité – établie comme un principe fondamental surtout lorsque l’État et les hommes de pouvoir sont à la manœuvre. Il va en baver Makana, il va en faire des rencontres fortuites, frappantes, radicales ou motivées – on finirait presque par s'y perdre.

C'est dans ces quartiers populaires, où des milliers d'enfants survivent, victimes de la pauvreté galopante, que Makana va fouiner. Le meurtre de Meera, sous les yeux de Makana, est une exécution punitive qui vise son mari Ridwan Hilal, universitaire dont les idées contrarient le pouvoir. Meera était de confession copte et la rumeur, attisée par les Frères musulmans, veut que les assassinats d'enfants seraient perpétrés par la minorité copte – une opération supplémentaire pour salir et affaiblir. C'est ainsi que Makana va s'entretenir avec le père Macarius qui loge des enfants dans son église dévastée. L'engrenage se met en marche et il est bien huilé.

La police secrète, la mafia, les barbus, la corruption sont les ingrédients de ce récit d'une histoire dans l'Histoire de ce pays où les islamistes s'emploient à noyauter les organes du pouvoir, où les actions d'intimidation et de violence sont quotidiennes, où la gangrène des organisations criminelles s'étoffe. L'auteur tricote savamment son récit qui mêle une enquête éprouvante à un regard saisissant et sans concession de l'Egypte moderne - moderne ? Les différents et pittoresques personnages liés à Makana apportent tous une valeur ajoutée.

A la fois roman d'action et d'enquête Meurtres rituels à Imbaba n'en est pas moins un récit sociétal et politique. Parker Bilal soigne son discours et parvient à dépeindre avec une élégance de style l'ambiance et le décor. Passionnant, intelligent et éloquent.

Mention : Makana est une recrue de grande valeur. Son personnage va devenir récurrent. Je vous le promets...

*Penny est mon assistante et amie. Elle intervient en introduction de mes chroniques.

« Meurtres rituels à Imbaba »; Editions Seuil ; Date de parution : 18-02-2016 ; 480 pages.

Voir les commentaires

1 2 > >>