Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

REMONTER À LA SOURCE - KARST - DAVID HUMBERT

Publié le par Bob

Introduction* : « Je ramène ma science : Le karst est constitué par un ensemble de formes souterraines et de surface et de conditions d'écoulements souterrains qui interagissent les unes sur les autres . »

Rouen. Paul Kubler a voulu jouer, il a perdu. Sanction immédiate. Du 36 le lieutenant est envoyé à Rouen, sa ville natale, où les ouvriers d’EuroGaz ont prévu une manifestation. Au même moment les robinets de la ville crachent une eau colorée. Kubler va enquêter sur cette affaire qui sera plus complexe qu’il ne l’imaginait.

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le karst. Dans le cadre de son enquête le narrateur s’applique dans le premier tiers du roman à convoquer tous les intervenants directs (service des eaux de la métropole, hydrogéologues, Agence régionale de santé, Bureau de recherches géologiques, etc.) ou indirects (promoteur, élu, chef d’entreprise) liés au réseau karstique de la région, et par là même à la distribution de l’eau potable. Il va de soi que le lecteur n’ignore rien des bétoires et autre turbidité des eaux - nous vous laissons le plaisir de les découvrir - aidé en cela par les explications des spécialistes - l’auteur « travaille depuis quinze ans à la protection des nappes phréatiques de Haute-Normandie ». Fort heureusement Kubler - qui patauge pas mal « Je ressors de là le crâne farci par ce cours magistral…» tout comme le lecteur - va profiter de quelques entractes lorsqu’il visite ses parents et participe à la surveillance discrète d’une manifestation. Puis des événements beaucoup plus sérieux (assassinats) vont offrir une respiration au récit - tout en coupant celle des victimes - et activer une solide intrigue - * nous ne conseillons pas à nos lecteurs de bondir en bas de chronique pour découvrir un élément de celle-ci qui nous a paru dérangeant - jusqu’à son dénouement. Entre temps, nous apprendrons qu’une déclaration d’utilité publique semble être au cœur de l’affaire.

Ce premier roman de David Humbert n’est pas dénué de qualités. Si la mise en situation est un peu longuette l’auteur embraye rapidement et déclenche l’action afin de répliquer aux événements marquants qui vont assombrir son récit. Avec conviction son narrateur va s’employer à dénouer le fil durant cette enquête qui semble se diriger vers d’obscures affaires de corruption. Alors qu’il s’attendait au train-train habituel d’un commissariat central Kubler retrouve l’atmosphère du 36. Il fouine, renifle et s’échappe sur sa moto pour recueillir des indices. C’est un personnage attachant qui aime se taper une bonne bière, qui n’a aucune difficultés à créer des liens - il est cool.- tant et si bien qu’il va s’intéresser de plus près à cette jeune et charmante hydrogéologue - histoire d’eau.

Karst nous fait découvrir un territoire grâce à cette enquête ardue - une autre est également en cours. Ainsi, ce roman policier nous permet de percer les secrets d’une branche des sciences de la terre. Sans jamais faiblir - pas tout à fait, voir ci-dessus - l’action du récit profite du ton enlevé de l’auteur qui, pour un premier roman, s’en tire à bon compte.

Mention : Avant de lire le résumé et ne connaissant pas ce mot nous pensions qu’il s’agissait du nom d’un très méchant - pléonasme - tueur en série.

*Penny est mon assistante et amie. Elle intervient en introduction de mes chroniques.

« Karst » David Humbert, éditions Liana Levi, parution : 6 avril 2017, 384 pages.

* La question que l’on se pose : Nous sommes à la page 113. « Un projet de champ captant a été envisagé […] c’est la future ressource stratégique de Rouen. » « Mais bizarrement, à son arrivée, madame Fioriso n’a pas donné suite à cette opération, alors que des montants importants - dont les subvention généreuses de l’agence - avaient déjà été engloutis en études et prospection. » Ainsi, nous apprenons un fait très important puisque la nouvelle directrice semble aller à contre courant des projets initiés. Il va de soi qu’il s’agit d’un élément majeur de l’intrigue et nous pensons que l’enquêteur va tenter de percer ce mystère qui semble être le pivot de l’affaire. Il va s’y intéresser. Mais ce n’est qu’à la fin du roman que madame Fioriso se verra contrainte de tout avouer - elle ne sera jamais convoquée avant - pour enfin connaître le fin mot de cette histoire. Y’a-t-il un hic ?

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>