Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ville vile

Publié le par Bob

 Ville vile

Lu depuis un « certain » temps, je m’attelle à cette chronique et voici ce que j’ai retenu en une phrase de « Ville noire Ville blanche » : Lentement mais sûrement le décor ponctué de noirs et de blancs va virer au rouge. Il s’avère que le titre a changé pour « La Couleur du crime » en 2006 (Porté à l'écran avec Samuel L. Jackson et Julianne Moore). Je ne suis pas si loin du compte.

L’inspecteur Lorenzo ne va pas lâcher Brenda, cette femme blanche, qui errait les mains en sang dans sa cité noire. Elle finit par déclarer qu’elle a été car-jackée et que son fils était dans le véhicule volé. La police boucle le quartier. Les habitants sont aux aguets. Il ne manque qu’une étincelle pour que la trainée de poudre s’enflamme. Mais Brenda semble cacher un sordide passé ...

Lecteur avide de sprint échevelé tu dois repasser par la case départ (et tu ne recevras pas 10 000 €). L’auteur, avec ce roman intense, décortique les difficultés de la coexistence des deux communautés (noire et blanche) urbaines. Ami lecteur, tu vas devoir te pencher et « observer » le repli identitaire, la ghettoïsation (douloureux néologisme), les haines et violences latentes qui hantent ces quartiers. Le flic noir Lorenzo Council va se bouger le train pour tenter de comprendre et pour servir de bouclier car ses collègues de Gannon, la cité blanche, sont chauds bouillants pour découvrir le coupable, forcément black. Jesse, la jeune journaliste cherche le scoop et tente de tirer les vers du nez à Brenda qui semble totalement paumée. Tu vas, toi aussi, errer dans ce no man’s land, cette ligne de démarcation qui sépare le Bien et le Mal - de quel côté est-il ? - et rester pantois devant ce constat d’échec d’une société malade.

Note : 4/5

Mention : Effrayant et remarquable.

Titre : Ville noire ville blanche, 620 pages, Presses de la Cité, 1998, Traduit par Jacques Martinache

Richard PRICE : est né en 1949 dans le Bronx, où il a passé son enfance. Avec Clockers, Ville noire, ville blanche, Le Samaritain et Les Seigneurs et Souvenez-vous de moi, tous publiés aux Presses de la Cité, il s'est imposé comme l'un des plus grands romanciers de l'Amérique urbaine. Dialoguiste étincelant, Richard Price a signé le scénario de La Couleur de l'argent, réalisé par Martin Scorsese, et a été coscénariste de la série The Wire.

Voir les commentaires