Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LES OMBRES DE MONTELUPO - VALERIO VARESI - AGULLO

Publié le par Bob

CHI VA PIANO VA SANO

Les ombres, les brumes et le commissaire Soneri. C’est un compagnon que l’on rattrape - après l’avoir suivi dans Le fleuve des brumes et La pension de la via Saffi - sans forcer le pas tant son allure est pondérée, métronomique et en parfaite concordance avec ses pensées. Celle ou celui qui n’a pas encore approché le personnage principal de Valerio Varesi va découvrir un bon homme qui aime la bonne chère mais se nourrit surtout d’une nostalgie qui le mène dans cette histoire au cœur de sa région natale. Alors qu’il a décidé de faire un break avec ses enquêtes en retournant au pays, il se trouve embringué dans une affaire qui va le conduire sur les traces de son père.

C’est avec autant de plaisir que dans les précédents romans que l’on s’applique à suivre les déambulations physiques et psychologiques du commissaire. L’on découvre une belle contrée sauvage où un jeu de cache-cache se met en branle, où certains autochtones ont des secrets bien gardés, où ceux-ci une fois révélés vont ébranler, comme un coup de tonnerre, cette paisible communauté.

Valerio Varesi mène la danse avec brio. «  Chi va piano va sano », c’est ainsi qu’il règle la cadence de son Soneri. En guide bienveillant il ne force pas le trait en nous laissant jouir d’un environnement vivifiant qu’une atmosphère délétère et insidieuse va dégrader. L’intrigue s’installe en même temps que le pas se fait plus lourd et que la valse endiablée des certitudes éclabousse le récit.  

Dans Les Ombres de Montelupo l’auteur installe son commissaire dans le fauteuil des personnages principaux qui imposent leur authenticité. Un roman policier où la nature et le les stigmates du passé règnent en maître en propageant une opacité prégnante sur une communauté silencieuse.

Les Ombres de Montelupo, Valerio Varesi, éditions Agullo, parution : mars 2018, 310 pages.

Commenter cet article