Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA GUERRE EST UNE RUSE - FRÉDÉRIC PAULIN - AGULLO

Publié le par Bob

A MALIN, MALIN ET DEMI

 

A la question « Mais quand trouvera-t-on un auteur français dans le catalogue des éditions Agullo ? » on m’avait répondu « On cherche la perle rare. Patience. ».

 

Frédéric Paulin crée un récit d’une force surprenante en nous installant au cœur d’un échiquier où les pièces n’ont pas la valeur qu’elles sont supposées détenir - où les blanches et les noires peuvent se lier et se délier-,  n’ont pas la position attendue. Le champ de bataille s’est installé dans l’Algérie des années 1990. Les islamistes ont gagné les élections. Il s’ensuit une sanglante guerre civile. L’auteur s’applique à nous offrir des éclaircissements en ouvrant une percée dans ce qui ressemble assez vite - après lecture de la mise en situation initiale - à un grotesque imbroglio dans un contexte historique menaçant. Sans se perdre dans un didactisme indigeste, il modèle une intrigue fictive qui met en scène des personnages à fort potentiel romanesque. Parmi ceux-ci, se démarque Benlazar, agent de la DGSE qui scrute les diverses manœuvres et Djamel Zitouni, chef au sein du GIA (Groupe Islamique Armé). Hormis ces deux organisations la DRS (les services secrets du pays) n’est pas la moins active.

 

Ca manipule, complote à souhait avec intimidations, meurtres et tortures au programme. Mais qui manipule qui ? Qui complote avec qui ? A la DGSE ça enquête, ça tâtonne, le Pouvoir est inquiet. Bien sûr, la colonisation pointe le bout de son nez… morveux. Bien sûr, les conséquences sont désastreuses pour le citoyen algérien. Et sur le territoire français le dénommé Khaled Kelkal sera à l’origine des attentats de l’année 1995 faisant 8 morts et 148 blessés. Dans cette mécanique complexe, et si bien huilée, l’auteur met en branle une intrigue généreuse où il arrache les lambeaux d’humanité qui subsistent dans ce nid de vipères. Une amitié, des sentiments amoureux, des désillusions se font jour. C’est ici que le talent opère. Le lecteur est emporté par les remous du suspense dans cette période peut-être méconnue. Quand la ruse peut aussi permettre de fuir la guerre. A malin, malin et demi.

 

La guerre est une ruse est un puissant roman noir sur fond de géopolitique. Ses qualités en font un objet littéraire captivant - aidé par un style plus que convaincant - qui, et c’est bien notre veine, n’est que le premier opus d’une trilogie. Très recommandable.

La guerre est une ruse, Frédéric Paulin, éditions Agullo, parution : 06/09/2018, 384 pages.

 

Commenter cet article