Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SI BELLE, MAIS SI MORTE - ROSA MOGLIASSO

Publié le par Bob

LA COMEDIE HUMAINE

Introduction* : « Le coup d’œil d’une femme : ces escarpins ne correspondent pas tout à fait à ceux qui sont cités dans le texte. Je pinaille, je sais…»

 

Il lui aura fallu moins de 150 pages pour nous concocter un récit d’une apparente légèreté mais qui soulève de nombreuses failles dans les comportements humains - avec cette douceâtre amertume que la lâcheté peut diffuser. Rosa Mogliasso, qui a déjà publié une série policière dans son pays, s’engage cette fois-ci dans une voie pavée de noir. Celle-ci est un chemin de halage où des chaussures rouges puis un corps inerte de femme attire les regards de plusieurs riverains. La dame au chien, le jeune couple et le vagabond ne préviennent pas la police. Chacun a ses raisons ou plutôt ses fausses raisons. C’est ainsi que l’on va assister à une valse des cogitations, à des agissements saugrenus.  

 

En adoptant un ton volontairement fripon l’auteure propose une étude de mœurs sur une manifestation de l’immoralité ordinaire. Car le sujet est sensible : découvrir une morte, tourner le dos et fuir ses responsabilités. Mais si ces femmes et ces hommes sont dans l’incapacité d’assumer leurs actes il semble évident qu’ils dissimulent leurs failles lorsque l’on suit leurs réactions - ce sont des attitudes équivoques guidées par leur anxiété, leur stress dont on ne peut sortir indemne. Celles-ci pourraient choquer ou plus simplement nous interpeler mais la malice de l’écriture entre en jeu et finalement elles prêtent à sourire ou à pouffer. Le rire peut être forcé avec un léger grincement de dents. Un humour noirci par l’incongruité ou le trouble qui s’est emparé des fautifs. Car culpabilité il y a.

 

 C’est un roman qui, par de savantes pirouettes, nous entraîne dans un tourbillon insolite où la morale - sentence suprême - s’applique à redresser les torts. Par le biais d’un fait-divers l’habileté de la romancière s’exprime à souhait. Car cette étude de mœurs au rouage bien huilé va révéler toute sa  potentialité dès lors que nous constatons avec stupeur qu’il y a un hic. Nouvelle auteure de roman noir, nouveau talent de la Botte.

Une fort belle découverte !

 

Mention : Pour sûr, nous ne doutons pas une seconde que les éditions Finitude vont nous offrir une traduction de ses premiers romans… 

*Penny est mon assistante et amie. Elle intervient en introduction de mes chroniques.

 

« Si belle, mais si morte  », Rosa Mogliasso, éditions Finitude, traduit de l’italien par Joseph Incardona, parution : 2017, 136 pages.

 

Commenter cet article