Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CADRE NOIR ET ROBE NOIRE - RECIT D’UN AVOCAT - ANTOINE BREA

Publié le par Bob

Introduction* : « Le narrateur est prévenant. Il insiste sur le fait qu’il sollicite certainement trop le lecteur avec ses démarches. C’est un gentil garçon mais finalement il s’y prend avec tant de ferveur qu’on lui concède des circonstances atténuantes. »

Eté 1994. Jura. Deux kurdes violent, torturent et assassinent Annie B.. En 1996, ils sont condamnés à la réclusion à perpétuité pour l’un et trente années de réclusion criminelle pour l’autre. En 2012, le narrateur, « tout juste inscrit au barreau », est contactée par une ancienne connaissance pour qu’il se saisisse du dossier de l’un d’eux. Il s’agit d’Ahmet. S’engage ainsi une plongée dans le système judiciaire et ce qui va devenir une quête pour le narrateur.

Je découvre la nouvelle collection « Cadre Noir » des éditions Seuil avec ce Récit d’un avocat d’une centaine de pages. Cadre Noir et robe noire. Ce format permet à l’auteur de développer le long cheminement administratif, ses éclaircissements et l’évolution psychologique du narrateur. Celui-ci n’est jamais avare d’explications et nous apprenons ainsi à le connaître, à situer le contexte et, enfin, après une enquête minutieuse, à découvrir l’effarante révélation. Ce qui fut un fait divers devient, avec la bénédiction de l’auteur/narrateur, un curieux objet littéraire. Curieux car ces démarches et procédures judiciaires auraient pu rapidement lasser le lecteur mais c’est sans compter sur le réel intérêt de cette sordide affaire, sur les états d’âme du narrateur et son intrigant et soudain investissement. Car celui qui n’est jamais vraiment nommé a connu un début de carrière difficile. Relégué à des tâches de second ordre alors qu’il accède au barreau à l’âge de trente-trois ans c’est un être affecté, presque abattu qui trouve enfin sa raison d’exister. Il avait auparavant baroudé puis occupé - cela a son importance pour la suite - un poste à la Commission des recours des réfugiés. L’avocat va utiliser tous les recours pour éviter l’expulsion qui livrerait son client à ses bourreaux.

L'originalité de ce roman réside dans ce qui ressemble à l’effraction d’une lecture non voulue par l’auteur de son journal intime. On y découvre un être atteint d’une anxiété généralisée qui va tenter de lutter contre ses démons intérieurs. Son récit dense et austère entretient le malaise et parvient à captiver tant il déconcerte. L’auteur donne le coup de grâce avec une révélation qui estomaque. Et il ouvre un large débat avec cette observation du Pr Lacassagne « Les sociétés ont les criminels qu'elles méritent. » Court roman insolite Récit d’un avocat révèle un auteur français dans cette nouvelle collection « Cadre Noir » qui, nous le souhaitons, n’est là que le premier d’une longue liste.

Mention : Autres romans de la collection : En mémoire de Fred de C. Lindemuth et Hôtel du Grand Cerf de. Bartelt.

*Penny est mon assistante et amie. Elle intervient en introduction de mes chroniques.

« Récit d’un avocat » Antoine Brea, éditions Seuil/Cadre Noir (Le Quartanier - 2015), parution : 2 mars 2017, 112 pages.

 

Commenter cet article

Jean dewilde 19/04/2017 12:51

Salut Bob, chronique intéressante et qui a capté toute mon attention. J'ai noté ce titre et l'auteur que je ne connais pas. Amitiés.

Bob 21/04/2017 17:06

Jean, n'hésite pas. Amitiés.