Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ROCK'N'BLACK - J'AI ETE JOHNNY THUNDERS - CARLOS ZANON

Publié le par Bob

ROCK'N'BLACK - J'AI ETE JOHNNY THUNDERS - CARLOS ZANON

Introduction* : « Rock'n'Black. »

Barcelone. Horta (quartier rattaché à la capitale catalane qui fut une municipalité indépendante). Il fut Mr Frankie, il est Francis lorsqu'il regagne ses pénates. Son père n'est pas enchanté de retrouver celui qui s'est brûlé les ailes alors qu'il vit seul avec sa pension minable. Celui qui n'a même pas daigné se déplacer pour l'enterrement de sa mère. Mr Frankie le rocker a eu sa petite heure de gloire – il a joué sur scène avec Johnny Thunders -, des nanas à la pelle et des tombereaux de substances pas mignonnes dans le sang. A cinquante piges passés, Francis est un zombie ventripotent sans une thune. Mais il semble souhaiter se ranger des affaires à la con. Peut-être. Il va à la rencontre de sa demi-sœur. Oui mais voilà, le passé est un vilain cachottier.

Bien sûr, avant d'ouvrir ce roman et à la lecture de la 4ème on pressent une histoire noire dans laquelle le personnage principal va en baver sérieusement. Mais on est très très très loin de la vérité car l'auteur est cruel, l'auteur a des ressources pour engendrer des situations affligeantes, pour infliger aux personnages des tortures psychologiques , pour choisir les mots qui tordent les consciences. L'auteur creuse des tombes sur des airs de rock, fait ressurgir le passé pour enfouir peu à peu le présent, pour effacer les traits joyeux de la jeunesse pour offrir l'infortune suffocante de la décadence.

En suivant les errements de Francis on assiste à une tentative de rédemption qui - je mets ma main au feu s'il y parvient -, de ricochets en ricochets, devrait faire un grand plouf. Le gars est bon pour la noyade mais s'il n'a pas appris à nager il trouve toujours une bouée de sauvetage avec sa demi-sœur ou une ancienne copine. Sa vie c'était le rock et tout le bastringue qui va autour. Cette folle jeunesse qui donne des ailes. Désormais brûlées, amputées. La chute est inévitable après avoir plané à souhait. Alors, son retour au bercail sonne comme une dernière injonction. Peut-être n'aurait-il pas dû... Mr Frankie. Zanon nous ouvre les portes de cette Barcelone des petites gens et des petits caïds. A travers les personnages de Francis, de sa demi-soeur Marisol et de leur père c'est un voile sombre qui s'abat sur ce récit. Chacun livre ses doutes, ses obsessions, ses regrets. Au bord du précipice, ils divaguent de faux espoirs en repentis inaccessibles, de promesses non tenues en éternelles désillusions. Les brèves étincelles ne sont que mirages qui déclenchent la foudre. Il y a aussi Don Damián, Xavi, Dalmau les crevures minables et malhonnêtes. Comme souvent les femmes sont les cibles de ces hommes dont la médiocrité n'a d'égal que leur piteuse cupidité.

Très très très noir J'ai été Johnny Thunders nous laisse supposer qu'un riff de Gibson peut déplacer l'axe de rotation de la Terre et que celle-ci peut être vengeresse envers celui qui la malmenée. Mais hormis le rock - et la playlist proposée à la fin - c'est surtout une terrible tragédie où Zanon atteint des sommets pour traduire l'abandon total. S'il s’appesantit parfois c'est pour mieux l'exprimer avec la subtilité de l'écrivain qui façonne minutieusement la matière de son récit. Un roman très très très noir et social. Intense, âpre et déstabilisant.

Mention : Miam le Debaser des Pixies !

*Penny est mon assistante et amie. Elle intervient en introduction de mes chroniques.

« J'ai été Johnny Thunders »; Editions Asphalte ; Traduit de l'espagnol par Olivier Hamilton ; Date de parution : Mars 2016 ; 336 pages.

Carlos Zanón est né à Barcelone en 1966. Poète, scénariste, parolier et critique littéraire, il est également romancier. Soudain trop tard et N'appelle pas à la maison, parus chez Asphalte et repris au Livre de Poche, ont assis sa carrière d'auteur de noir. J'ai été Johnny Thunders a remporté le prix Dashiell Hammett 2015, récompensant le meilleur roman noir de l'année en langue espagnole.

Commenter cet article