Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LES CHASSEURS DE SPIRULINE

Publié le par Bob

LES CHASSEURS DE SPIRULINE

Introduction* Penny n'a eu de cesse de répéter : « So british ! Je suis transportée... »

Inde. Auroville. District d'Ernakulam. Ça caille dur dans l'hémisphère boréal, les cultures agonisent et des millions d'êtres humains ont déjà péri. Le supervolcan du Yellowstone a craché ses volutes de cendres et d'émanations toxiques. Les services secrets de Sa Majesté pouvaient l'éviter, ils n'ont pas choisi cette option. Harry Boone, l'un de ses membres et Mick, gamin esseulé, vont devoir partir à la recherche d'un homme qui peut changer la donne.

Le bouleversement du climat planétaire a immédiatement provoqué celui de la situation géostratégique mondiale. Les pays du Nord étant en partie ravagés - la gouvernance à l'échelle du globe n'a donc pas lieu d'être -, ce sont certains pays de l'hémisphère austral – ou par leur intermédiaire puisque les britanniques ont posé leurs valises en Australasie - qui tentent de prendre la main sur le Grand Échiquier. Cette redistribution des cartes, cette recomposition des suprématies ne peut avoir lieu sans Le Grand Jeu. Ainsi ce marché de dupes va entraîner dans la tourmente le héros de Kemp. C'est à reculons que l'irlandais Harry Boone se rend à Cochin et ce sont cinq cent kilomètres que doit effectuer le jeune Mick pour rejoindre ce même lieu. Alors que sa mère a été tuée, il suit les conseils de son père qui n'a plus donné signe de vie après l'attaque d'Auroville par des pirates. C'est par un pur hasard que Mick rencontre Harry qui va l'embringuer dans une dangereuse expédition ce dernier mettant à profit son sens inné de la noble filouterie. Mais où peut donc être passé ce savant qui, abandonnant ses recherches pour se tourner vers l'ascèse, aurait la solution pour vaincre la famine ?

Dans ce récit uchronique Percy Kemp ouvre la mappemonde et nous offre une remarquable séance de géostratégie en faisant un état des lieux subjuguant puisque crédible. Il suffit de prendre pour exemple la transhumance de ces innombrables migrants cherchant la terre promise qui ne sera pas celle de tous car les frontières sont fermées et il leur faut passer par le crible. L'auteur fait également référence à des épopées antique ou plus contemporaine. En mêlant l'initiation de Mick et l'espionnage de Harry dans une contrée indienne désolée, il offre à ses personnages de multiples rencontres qu'ils devront gérer puisque engendrant des situations délicates. Si le périple de Mick est un apprentissage, celui de Boone s'avère être moins formateur car nul ne l'obligera à bouger le petit doigt. Monsieur est serein, calme et détendu. Et monsieur cogite, échafaude, s'entoure. Il a enfin une piste.

« - Tout ne serait donc que jeu pour les anglais ? s'indigna Mick. Même quand des gens meurent de faim ?

- C'est de la politique, petit. Quand tu seras grand tu comprendras.

- Je veux comprendre maintenant, insista-t-il en pensant à Sa Mission.

[…]

- Ils appellent cela « diviser pour régner ». En aidant le plus faible, ils empêchent le plus fort de se renforcer encore plus et de les menacer. Après quoi, lorsqu'ils l'ont affaibli et que le plus faible est devenu fort, ils affaiblissent ce dernier pour l'empêcher à son tour de les menacer. C'est de la haute politique. »

« Que l'aventure est belle et que l'espion est brillant. Flemmard mais brillant ! » vient de me glousser Penny. « Le Grand Jeu » est indéniablement un succulent roman où la verve, la culture et le so british de Percy Kemp s'expriment avec une totale maîtrise des divers enjeux, de l'intrigue et de l'art narratif. Bluffé par ce récit, je convie le lecteur à ne pas laisser passer l'occasion de vivre une aussi riche expérience.

Mention : A la fin du roman, dans ses remerciements Kemp en bon blagueur cite Nino Ferrer pour son Mirza.

*Penny est mon assistante et amie

« Le Grand Jeu» ; Editions Seuil ; Date de parution :10 mars 2016 ; 512 pages

Auteur d'une dizaine de romans et de divers essais, Percy Kemp s'est vite fait un nom parmi les maîtres de l'espionnage. Mais si ses intrigues peuvent parfois évoquer celles de John Le Carré, sa vision du monde, elle, n'est pas du tout confinée à celle de l'ancien Empire britannique. D'origine à la fois anglaise et libanaise, toujours curieux du mélange des cultures, Percy Kemp écrit en français. Un français que bien peu de francophones savent maîtriser avec un tel brio. Il a publié au Seuil un roman (Noon Moon, 2010) et un essai sobrement intitulé Le Prince (2013) dont la presse s'est largement fait écho.

Commenter cet article