Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BRANLE-BAS !

Publié le par Bob

BRANLE-BAS !

Introduction : Penny tente de se planquer virtuellement : « Nooonn ! C'est insupportable. Deux mois et demi ? Moi je relirai le Voyage au centre de la Terre... »

Amérique. L'astéroïde Maïa va heurter la Terre dans 77 jours. Hank Palace a perdu son job de flic. Il trouve le moyen de se lancer dans une enquête lorsqu'une vieille connaissance lui demande de retrouver son mari. Où que l'on se tourne c'est un bordel sans nom.

Alors que j'avais été harponné par ce « Dernier meurtre avant la fin du monde », le premier tome de la trilogie, je n'ai pas boudé mon plaisir de me retrouver dans cet univers de dingue, ce summum de l'angoisse collective puisque la race humaine va s'éteindre. Ben ouais quoi, fini le smartphone tenu dans la main droite alors que la gauche s'applique à porter un sandwich rond, mou, frangé de sauce et de salade à notre bouche avide avachi dans un canapé et devant un écran de télévision où s'agite un clown qui fait gagner des autos. C'est bientôt fini tout ça ! Finis ces délices de l'existence : le smartphone, le Mac do, les jeux télé à la noix. Même la Joconde va disparaître et le petit Chihuahua tout mignon avec son collier à clochettes de la mamie du 5e sans ascenseur. Plus rien je te dis. En attendant, c'est la galère. Pourquoi aller trimer dans ta boite quand tu sais que tout est fini – de plus le café lyophilisé est dégueulasse. Alors comme tous les autres tu te lâches en suivant ton instinct. Du coup, qui dit pas de production dit que dalle à consommer. Ou pas grand chose. C'est la loi du plus malin qui prédomine ou celle du plus fort. C'est bon, tu y es dans cet univers de dingue ?

Mais Hank Palace, nous le savons, n'est pas fait du même bois, il est intègre, obstiné et animé d'un humanisme à toute épreuve. « C'est tout ce que j'ai, c'est tout ce que je sais faire. » Il a d'ailleurs pris sous son aile des gamins à la rue, il retrouve ses deux potes flics eux aussi virés et il va tenter l'impossible en répondant à la demande de Martha qu'il a connu jeunot. Ainsi, il va partir à la recherche de son mari alors que l'on sait parfaitement que les disparitions sont monnaie courante. Un sacré challenge durant lequel il fera en partie route commune avec sa sœur Nico.

Ce que Hank (ou Henry) va découvrir, apercevoir ou subir est la conséquence de la terreur qui s'est emparée de la société. Les malfrats sont au taf, les larcins et le troc ont remplacé les circuits classiques, le danger est partout. Branle-bas ! Habilement l'auteur nous présente les dégâts irréversibles de ce monde qui sombre. Il parvient également à suggérer l'avènement d'un système anarchisant (et anarchique) – le procès fait à la fois sourire et frémir - à travers le rassemblement de ces jeunes dans une université. Mais des croyances surgissent : l'astéroïde sera dévié de sa course !

Ben H Winters joue avec les codes sans surenchère en créant cette ambiance pré-apocalyptique et les personnages ont suffisamment d'épaisseur – Hank en premier lieu – pour étoffer ce récit. C'est très agréable à suivre et comme à la fin de l'envoi il touche, nous sommes ainsi ravis de reconnaître que nous attendons suite et fin.

Mention : Ça, c'est Palace !

« J-77. Dernier meurtre avant la fin du monde » Super 8 Editions ;Traduit de l’anglais (États-Unis) par Valérie Le Plouhinec ; Parution février 2016 ; 336 pages .

J – 77, le deuxième tome de la trilogie de Ben H. Winters, fait suite à Dernier meurtre avant la fin du monde, qui a été couronné par le prix Philip K. Dick. Ben H Winters vit à Indianapolis. « Impact » le troisième et dernier tome doit paraître fin 2016.

Commenter cet article