Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AUX PRISES AVEC LEURS DEMONS

Publié le par Bob

AUX PRISES AVEC LEURS DEMONS

Introduction : « Ces effluves organiques et épaisses, comme le cuir de sa peau tannée par des froidures silencieuses, s'échappaient en volutes de la marmite où le boudin gémissait patiemment en faisant des flap flap savoureux. » Je demandais à Penny « Je ne reconnais pas cet extrait. » Elle me répondit aussi sec « Non, c'est de moi, il m'a vachement inspirée ce roman ! »

Corrèze. Plateau des Millevaches. Un hameau. Deux hommes et une femme. Virgile, son épouse Judith et Georges, leur neveu et fils adoptif. Ils sont éleveurs de brebis. Karl débarque, venu d'on ne sait où. Alors que Virgile tente de gérer la maladie de Judith arrive une jeune femme. Cory est une nièce de Judith. Alors que leur vie semblait jusqu'à présent suivre inexorablement le cours du temps qui s'écoule, les miasmes du passé et les événements présents vont enfanter le désordre.

Que celui qui n'a pas aimé « Grossir le ciel » lève le doigt ! 2014 fut l'année qui a couronné Franck Bouysse et son polar cévenol. Toujours édité par La Manufacture de Livres mais désormais sous l'étiquette Territòri « Plateau » vient de paraître en ce mois de janvier 2016. Comme le fermier qui vient d'empocher quelques espèces aussi sonnantes que trébuchantes, qui vont rejoindre les boules de naphtaline sous la pile de draps parce que le Crédit Agricole il le verra pas le pognon, nous nous frottions les mains insuffisamment caleuses suite à cette annonce. Et d'entrer dans cet univers comme l'enfant pousse la porte du magasin de bonbons , roudoudous et Mistral gagnant. Ici, c'est la terre que l'on hume et tout ce qu'elle génère de senteurs, de vibrations et de teintes distinctes ou panachées de la nature et des êtres. L'auteur nous les transmet avec passion, son théâtre vivant pulse sous nos yeux. Mais on n'est pas au spectacle m'sieur dame, c'est de la vraie vie qui existe, celle qui se les pèle, qui bosse du lever du jour à l'aurore - et qui a un pluviomètre - avec ce sentiment diffus de liberté conditionnée qui flotte comme une brume matinale. Alors, quand se produit un événement inhabituel, c'est la pagaille. La présence de Cory dans sa caravane provoque de drôles de sensations chez le Georges. Ça se passe dans sa caboche et... ailleurs, bref, t'as pigé. C'est le déclic qui va déclencher la machine à remonter le temps, l'accident de ses parents, l'apprentissage à la ferme et l'Affaire. Karl couve encore et toujours ses délires, l'ancien boxeur désormais frappé par un mysticisme délirant couve aussi Cory du regard. Quant au vieux couple, il parlemente, tendresse et détresse main dans la main. En quelques jours, tout va aller très vite alors que le chasseur fait ses rondes autour du hameau.

Franck Bouysse à cette qualité que l'on ne trouve pas sous le sabot d'un cheval, celle de conférer au récit un caractère sacré en faisant naître des personnages intemporels, des âmes incarnées, blessées. C'est ce que j'avais déjà perçu et apprécié dans « Grossir le ciel » qui offrait de belles pages au lyrisme maîtrisé. Ici, ce texte très sombre est ponctué par une fougue poétique qui frise parfois la démesure – que je vous laisse découvrir. Je renâcle. Je doute. Je m'interroge. Cette symphonie pastorale laisse entendre des couacs. Et je remarque quelques heureuses coïncidences – que je ne peux citer puisque jouant un rôle important dans l'intrigue -, on ne nous avait pas habitué à cela. Déception. Le lecteur aura peut-être une autre perception de cette tragédie paysanne - je le lui souhaite – qui dans l'ensemble nous offre de magnifiques instants de grâce quand l'humain est aux prises, avec la nature, avec ses démons.

Mention : Ivan, dans sa critique, apporte des éclaircissements très argumentés. Yan est beaucoup plus enthousiaste.

« Plateau », La Manufacture de Livres, collection Territòri, parution le 7 janvier 2016, 300 pages.

Franck Bouysse vit à Limoges. Il aime marcher dans les villes, s’arrêter dans un bar, écrire en écoutant Antony and the Johnsons, Billie Holiday et fumer d’immondes cigares italiens. Il publie un roman noir (L’Entomologiste), puis ensuite sa trilogie H. (Le Mystère H., Londres ou les ruelles sans étoiles et La Huitième lettre). Il réalise également les dossiers introductifs de l’intégrale BD de Théodore Poussin (par Frank Le Gall) et participe ça et là à divers projets collectifs.

Commenter cet article