Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

EN TUTOYANT LE PASSE

Publié le par Bob

EN TUTOYANT LE PASSE

Introduction : Calamity Penny va lire les « Mémoires » de Louise Michel.

Paris. États-Unis. De 1870 à 1905. Marceau croit l'apercevoir, c'est bien lui aux bras de Manon, cette main sur la table de poker est bien celle de Valentin Dana, il cherche des pistes, jusque dans le Dakota. De cette quête c'est un pan de la Commune de Paris puis de l'épopée du western que nous revisitons avec ses personnages célèbres ou pas.

Voila donc mon premier « Pécherot » terminé. Non, ne vous méprenez pas, il n'y a pas de « Ouf ! ». C'est fou ce que j'ai pu lire comme dithyrambes à son égard, aussi je me suis préparé comme un athlète de haut niveau avec sa dose de « compléments alimentaires » (laudanum, absinthe, etc.), de réflexologie plantaire et autre méditation transcendantale. Ne reculant devant aucun sacrifice, j'ai pris la peine (mesurée) de parcourir les archives de « Le Cri du Peuple » et « Le Père Duchêne » ainsi que « La chasse au bison dans les grandes plaines du farwest» » et « Du maniement de la Winchester par fort vent d'Ouest ». Je l'avoue honteusement, la « Commune de Paris » apprise dans mon parcours scolaire ne m'a pas laissé de traces indélébiles. Venons-en au fait.

Patrick Pécherot s'empare d'un fantôme fugueur pour nous bringuebaler de Paris aux US, de cette insurrection communarde au chapiteau du Wild West show en suivant Edison et Pathé, Calamity Jane et Louise Michel, et bien d'autres. Marceau traque Dana, accusé de meurtre et fiancé de Manon, comme si sa vie en dépendait. C'est à ce demander s'il n'est pas son double, celui qu'il aurait voulu être, celui qui a pris la main de Sa Manon, celle qu'il désire tant, celui qui parcourt le monde, qui respire la liberté, celle qui représente son idéal. Ce faisant, il prend contact avec une agence de détectives privés amerloque. Mais jusqu'où s'arrêtera-t-il ? Il finira par ruminer ses souvenirs encore et encore, se laudanumisant pour oublier, jusqu'à l'internement.

S'il s'agit bien d'un roman historique et social, le récit ne prend sa réelle dimension qu'avec cette enquête - qui lui donne sa substance noire – et ce voyage. C'est un roman sur la (ou les) mémoire(s) qui laisse toute sa place à ceux qui ont fait l'Histoire, ici repensée avec ces individus dont la destinée nous est ainsi montrée. Si nous marchons dans les pas de Courbet, Verlaine, Vallès, Michel, Cody se sont cependant Gustave, Paul, Jules, Louise ou William qui nous deviennent familiers - en tutoyant le passé - et laissent une vive empreinte, contrastée, sur leur passage. Il leur est offert un nouveau souffle de vie tout comme les lieux qu'ils fréquentent et surtout, surtout ceux que l'on oublie souvent, tous les autres, le peuple. Puis l'on se projette dans la magie des débuts du cinéma, le périple des pionniers américains. Sommes-nous dans le palpable ou les apparences ? C'est une fragilité que la patte de Patrick Pécherot domestique habilement. Mais comment ne pas vaciller. On peut s'y perdre ou s'y abandonner. Seul le choix d'un récit chronologique des événements du chapitre deux fera pencher la balance du mauvais côté.

« Une plaie ouverte » s'offre un tempo ivre et constant qui s'harmonise avec le style fertile, irrésistible, « La belle histoire des murs. Dana l'écoute. La tête penchée, son air rêveur et ses mains fines, aux doigts longs comme le tuyau de sa pipe. Des mains de fumée. Capables de vous planter une lame dans le cœur. » Il suinte une mélancolie caressante qui redessine le cœur d'une Histoire qui palpite encore et toujours grâce à la virtuosité de l'auteur.

Mention : Le lecteur fan de gros thrillers qui tâchent risque d'en baver... mais une tentative de rédemption est toujours salutaire.

« UNE PLAIE OUVERTE » Collection Série Noire, Romans noirs, Gallimard , Publication date: 10-09-2015, 272 pages.

Commenter cet article

Jean (jackisbackagain) 19/12/2015 18:58

Salut Bob,
Je viens d'offrir ce titre à un ami. M'a pas l'air facile, ce bouquin. En tout cas, il me semble qu'il faut avoir un certain bagage historique pour en apprécier toutes les facettes. Il me le prêtera, c'est sûr. Mon Dieu, qu'ai-je fait ?

Bob 21/12/2015 21:08

Ce n'est pas un bouquin d'Histoire, je ne connaissais pas grand chose de cette période et pourtant j'ai été aspiré par le style de Pécherot. Et puis se mêle le voyage aux US. Croiser tous ces personnages célèbres et surtout les gens de la rue dans cette atmosphère recréée, c'est tout simplement surprenant. On peut aussi, et je le précise, rester sur la quai... Ce n'est pas un bouquin pour érudit sinon je n'aurai rien pigé... ;) Bonnes fêtes !!!