Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CARCASSES

Publié le par Bob

CARCASSES

Introduction : Penny Laine, mon assistante et amie, est rouge de colère « Encore une fois, ce sont les femmes qui ont le mauvais rôle. Violées, prostituées, battues, avilies. Mais Bob a raison d'insister, les mecs aussi en prennent plein la tronche. »

Newcastle. Juin 1946 - Juin 1974. Nous assistons à la rencontre de trois hommes. Jack Smeaton profondément marqué par les visions d'horreur d'un camp de la mort, Ralph Bell qui va l'embaucher dans son entreprise de TP et Dan Smith, politicard socialiste, qui sera son maître à penser. Ils vont expérimenter leur idéal afin d'édifier une ville moderne, ambitieuse et accessible à tous. Parallèlement, cela ne va pas trop fort pour Monica qui est sous l'emprise de Brian Mooney. Celui-ci déguerpit puis va reparaître avec des intentions du genre « pousse-toi que je m'y mette ».

Le premier roman de Waites « Né sous les coups » a été encensé - je l'ai raté mais compte bien le découvrir dès que possible -, j'étais donc impatient de me lancer dans ce récit. J'ai achevé « La chambre blanche » qui promettait beaucoup dès les premières pages avec cet être toujours bouleversé par ce qu'il a vu, ce Jack qui traîne sa carcasse et vomit au milieu des carcasses de l'abattoir. Avec Ralph, il va s'attaquer au projet du travailliste Dan. Elle va sortir de terre leur ville neuve et ce sera la fiesta dans les rues. On apprendra vers la fin que les nouveaux immeubles ont très mal vieilli, que le quartier est toujours misérable. Leur rêve n'était qu'une utopie. Et mon enthousiasme a pris une claque. Alors, tu vas me dire, ce n'est pas possible tu as raté des pages, t'as pioncé, eh c’est le gars qui a écrit « Né sous les coups » ! Hop, hop, on se calme, j’explique. Ce roman est en fait l'histoire de Brian, un homme très dangereux, qui va exécuter sa vengeance. Trente années vont s’écouler pour connaître le dénouement. Je te dis pas la diablerie machiavélique. Mais ce sont aussi des portraits d'hommes et de femmes mis dans des situations insupportables. Des couples qui galèrent, qui perdent la raison, leurs enfants ; une Monica dévastée qui se prostitue ; Mae, sa gamine dans la chambre blanche ; Mae et sa terrible souffrance ;Sharon, l'épouse frustrée de Ralph ; Joanne et sa jeunesse triomphante ; les fils de Ralph qui déconnent trop ; des parents qui pleurent, des parents qui divorcent ; des morts ; des familles qui subissent ; des liens qui se nouent et se dénouent. Voilà ce qu'est « La chambre blanche » avec de longues scènes, parfois sanglantes, où la peur et le désespoir, la haine et la violence font frémir. Ce qui semblait faire la force de son premier roman est resté lettre morte puisque le fond n'a pas été exploité et c'est fort dommage.

Martyn Waites trace la destinée de ses personnages qu'il dépeint avec brio et nous attire dans leur intimité pour nous livrer des scènes déchirantes. La perspective politique et sociétale n'étant qu'une toile de fond, ce récit est surtout imprégné par une constante violence avec une intrigue bien menée dans un environnement restreint. Pour le compte, « La chambre blanche » est plutôt calibrée comme un roman d'actions et de machinations qui pourrait décevoir le lecteur emballé par son premier opus et embarquer le fana du genre.

Mention : Et voilà ce que c'est que de trop s'exciter pour la sortie d'un bouquin après les dithyrambes du premier.

« La Chambre blanche », Editions Payot et Rivages, collection : Rivages/Thriller, traduit de l'anglais par Alexis NOLENT, paru en : Septembre 2015, 432 pages.

Martyn WAITES

Originaire du nord de l'Angleterre, Martyn Waites s'est passionné pour le théâtre, puis pour le roman noir sur les pas d'Ellroy, Burke, Crumley et Robin Cook. Né sous les coups est son premier roman.

Commenter cet article

Jean (jackisbackagain) 20/11/2015 18:33

Mon cher Bob,
Voilà qui tranche en effet radicalement avec son premier roman que je te recommande sans vergogne et qui m'a plus qu'enthousiasmé. Compte tenu de ta chronique, j'attendrai au moins sa parution en poche pour le lire...éventuellement. Amitiés.

Bob 22/11/2015 19:16

Salut Jean,
Comme quoi un auteur qui a sorti un bouquin extra peut aussi tenter une incursion dans un autre registre et ne pas faire l'unanimité. Cependant, il n'est pas du tout déplaisant à lire. Dès que possible je me jette sur le premier ! Amitiés.