Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BURGER FATAL

Publié le par Bob

LE BURGER FATAL

Introduction : Penny a particulièrement apprécié ce roman et voici sa réaction immédiate « Ils ont dit, y'a pas si longtemps, à la télé qu'une comète allait passer pas trop loin de la Terre. Ça me grise de savoir qu'on pourrait presque périr... »

Dans six mois la comète 2011GV va jouer au billard avec la terre. C'en est fini... C'est le grand bordel puisque chacun se laisse aller à tous les excès imaginables… ou pas. Cependant l'inspecteur Henry Palace ne croit pas au suicide de cet agent d'assurances et se lance dans une enquête qui elle n'en finit pas d’en finir.

Je ne sais pas vous – si, je sais ! - mais en ce qui me concerne j’avais hâte d’ouvrir ce roman au titre si évocateur. Le Grand Boum ça intrigue et peut nous projeter dans de drôles de péripéties. Alors on se dit que cela va péter dans tous les sens, que l'on va assister à des bacchanales gigantesques, à des combats de rue, des assassinats, prises d'otages, vols, saccages, etc. D'accord, à l'annonce du choc et de la future et quasi totale extermination de la population terrienne, ça part en live un peu partout mais certains en profitent aussi pour enfin réaliser leur rêve. Mais de tout cela nous n'en aurons que des échos puisque ce sont surtout les suicides qui occupent les forces de police et Hank Palace en a un tout chaud pendu à une ceinture dans les toilettes d'un McDo. Le burger fatal ? C'est son enquête qui va occuper le devant de cette scène pré-apocalyptique. Hank va chercher des indices, suivre des pistes sans varier d'un iota - il est convaincu qu'il y a un truc qui cloche - avec une conviction qui semble totalement décalée dans la situation présente. Ainsi, il affirme qu'il ne veut pas savoir comment cela se passe ailleurs mais lui veut connaître la vérité. Ces collègues vont finir par l'aider mais Doseth, l'assistant-procureur général, s'en bat les roubignoles et en baillant l'autorise à continuer. L’auteur rappelle les différentes annonces des spécialistes qui évaluent le trajet de la comète pour enfin préciser le jour de l’impact et bientôt le lieu. La tension est à son comble.

L'auteur espiègle parvient, malgré les conséquences du traumatisme et le discours ambiant, à créer un climat réjouissant et joue avec le lecteur qui a parfois le cul entre deux chaises et ne peut s'empêcher de sourire.

« - Il n'a pas laissé de lettre.

  • Ah ? Bah, un ami à lui la trouvera sûrement. Son boss, peut-être. (Il sourit, termine son café.) Ils laissent tous une lettre, ces types-là. Pourtant, remarquez, les explications deviennent superflues au point où on en est, non ? »

Une fois installé dans ce contexte particulier, on finit par apprécier ce Palace qui garde la tête bien posée sur les épaules et gère les turpitudes des uns et des autres. Il est le pilier central, solide comme un roc, qui contraste avec ces foules de désespérés qui s'agitent comme un poulailler attaqué par le renard ou qui se morfondent en creusant leur tombe avant l’heure. Le suspense est au rendez-vous avec une intrigue qui, ô surprise !, reste tout à fait classique. « Dernier meurtre avant la fin du monde » est un pied de nez aux agaçantes versions avec prédicateurs et autres prophètes et le comportement du personnage principal nous invite à reconsidérer notre réaction face à un tel événement. Eh oui, gérer l’attente c’est pas coton ! Bon, tu peux, si tu le souhaites, prendre ta valise et filer là-haut sur la colline, on t’attend…

En choisissant cet angle Ben H. Winters surprend et propose une histoire bien sympatoche. On attend évidemment la suite de la trilogie en se demandant ce que l’auteur va imaginer pour éviter les redites et tenir le lecteur en haleine jusqu’à… la fin du monde.

Mention : Conseil de lecture audio : Gérard Palaprat.

« Dernier meurtre avant la fin du monde», Super8 Editions, Traduit de l’anglais (États-Unis) par Valérie Le Plouhinec, Parution février 2015, 350 pages.

Ben H. Winters vit à Indianapolis, dans l’Indiana. Dernier meurtre avant la fin du monde est son premier roman traduit en France.

Commenter cet article

La Petite Souris 04/08/2015 21:46

je suis très heureux de voir que tu as apprécié ce roman à l'atmosphère si particulière ! je suis curieux de savoir quel sera le thème de son prochain bouquin ! Amitiés

Bob 05/08/2015 09:34

Salut à toi ! Je suis tout aussi curieux que toi... La bise !