Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DE L'HUILE, DES HUILES ET DES DECHETS

Publié le par Bob

DE L'HUILE, DES HUILES ET DES DECHETS

Introduction : Penny réfléchit longuement et : « 'Ndrangheta, c'est africain comme nom, hein ?

  • Non.

  • Pourtant avec...

  • Non.

  • Le N quelque chose, c'est typiquement africain !

  • Là, c'est grec !

  • Ah ?

  • Tu pensais à quoi ?

  • Tu veux un exemple ? N'golo n'golo ! C'est grec aussi N'golo n'golo ? »

  • Non mais il te manque une case, à toi !?

  • Si on ne peut plus rire un peu. Sacré Bob ! »

Calabre. Le petit juge Alberto Lenzi est plutôt du style branleur qui évite habilement les gros dossiers. Alors que son pote et collègue Giorgio est assassiné, il va en étonner plus d'un en se lançant dans une enquête périlleuse. Avec Lucio ils formaient un trio d'amis. La 'Ndrangheta est évidemment citée. L'affaire se corse lorsque plusieurs meurtres sont perpétrés. Sûr que le frère de Manto n’a pas apprécié son passage sous le pressoir à huile de Don Peppino Salemi. Pourquoi son pressoir ? Une première pression à chaud puisqu’il était encore vivant avant de se transformer en pâté pour chats. Don Mico Rota, le tenancier mafieux, va lui refiler subtilement des indices. Lenzi va devoir s'équiper avec du matos balèze pour ferrer les gros poissons...

Avec « La revanche du petit juge » la mafia est de nouveau sous les feux de la rampe. Mais ce qu'elle n’aime pas la mafia c'est de ne pas maîtriser les affaires. C’est sur ce thème que le récit va prendre une tournure inattendue avec la participation finaude du patron local. Je recommande vivement les scènes se déroulant dans le « cercle culturel Vincenzo Spatò » où les notables refont l'actualité et s'emploient à étaler leur morgue. Sinon Giorgio Maremmi était sur une affaire louche, il avait demandé sa mutation. C'est le point de départ.

Le personnage de Lenzi devient intéressant lorsqu’il sort de sa légendaire léthargie pour filer le train au(x) coupable(x) en prenant le risque de ne pas faire de vieux os. Lenzi est un garçon qui se cherche encore et toujours, qui ne daigne pas s’engager et ça lui va bien. Quoique. S’il délaisse son travail il n’en est pas tout à fait de même pour sa vie amoureuse. L’auteur s’attarde pas mal sur son attirance pour Marina alors qu'il est perturbée par son désir de liberté, ses tentations. C’est en charmeur invétéré qu’il tente de séduire la troublante Chiara. Mais il va prendre une claque lorsque Marina va le snober. Alberto s’en trouve d’autant plus ébranlé lorsqu’il soupçonne une liaison avec Brighi le carabinier. Déjà inquiet par la tournure que prend son enquête, il a le moral dans les chaussettes et c'est d'autant plus difficile que son fils Enrico ne souhaite pas lui parler. Le vieux Don Mico Rota est de la race de ces mafieux qui ne tuent pas les juges. Parce que ce n’est jamais bon pour les affaires. Malgré sa peine de prison à vie, il dirige. Il va d’ailleurs tenter de négocier avec le juge afin de pouvoir retrouver ses arbres. Leur face à face sera déterminant.

Tous les personnages sont bien fouillés ce qui nous les rend plus palpables et sensibles. Avec une intrigue solide et classique, ils donnent du sens à cette histoire qui va révéler de méprisables magouilles toxiques. Toxiques, voilà un adjectif qui prendra tout son sens au moment de conclure. L'auteur ne se prive pas de nous décrire cette société italienne gangrenée, sous la botte d'une corruption qui n'en finit pas de tirer profit de trafics honteux. Corruption qui navigue dans toutes les sphères et s'autorise tous les fripouilleries pour atteindre son but. Et quand un clan mafieux suspecte un autre clan de la même organisation de s'ingérer dans ses affaires, on se dit qu'ils ont un métier à la con et qu'ils ont été mal aiguillés par Pôle Emploi.

L'auteur Mimmo Gangemi, dont c'est le premier roman policier, utilise une langue sautillante, racée, fardée d’un humour dégourdi et il distille la noirceur avec aisance. Roman subtil, « La revanche du petit juge » n’est pas un nouveau récit sur les exactions de la mafia, il est bien plus que ça. Offrez-vous le rôle principal et pour le coup ce sera à vous de juger

« ...une haleine putride , à croire qu'il logeait un rat crevé dans la bouche. »

Mention : N'golo, pff !

« La revanche du petit juge », Seuil Policiers, Traduit par Christophe Mileschi, Date de parution : 02/04/2015

Mimmo Gangemi, né en 1950 en Calabre, où il vit toujours, a reçu une formation d'ingénieur. La Revanche du petit juge est son premier roman. Le deuxième, Il Patto del giudice, est en cours de traduction, et le troisième titre de la série sortira en Italie début 2015. Une adaptation télévisée des enquêtes du juge Lenzi, diffusée par RAI 1 en avril 2014, avec Luca Zingaretti dans le rôle-titre, a attiré plus de six millions de téléspectateurs.

Commenter cet article