Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SANDOMIERZ MON AMOUR

Publié le par Bob

SANDOMIERZ MON AMOUR

Introduction : « Boudu, je saute de l'Afrique du sud à la Pologne ! Ca fait un choc mais...euh...au fait Bob, je voulais te demander..euh... Michel Polac, il était polonais ? »

Quitter sa femme, sa fille, sa ville, ses amis ça remue la tripaille surtout pour un mec qui semble être du style à lever haut le menton. Proc dans la capitale Varsovie, Teodore Szacki vient se paumer à Sandomierz, cité médiévale au bord de la Vistule. Le très vilain meurtre d'une femme au pied de la synagogue va lui refiler la gnaque. Enfin du taf !

A priori, comme ça, le personnage principal a tout du gars que l'on a envie de claquer. A le voir ainsi réagir avec condescendance au contact de ses nouveaux confrères et batifoler avec une jeunette puis une autre et encore une autre, on se demande si le type ne se la joue pas un peu. Mais il s'avère que sa lucidité est intacte et que ses faits d'arme ne sont pas galvaudées. Aussi il va s'offrir le privilège d'enquêter sur cette affaire qui met en scène la chehita, une pratique d'abattage juif. De suite ça calme puisque en effet la victime a été vidée de son sang avec un outil approprié. La presse hyper excitée divulgue le truc et forcément la meute des extrême-droitistes répand sa haine antisémite. Même le plus dérangé du ciboulot y trouverait une piste flagrante. Cependant Teodore s'interroge et renifle une arnaque qui ressemble à une mystification.

« Pendant qu'il faisait la queue à la caisse de sa supérette, sa main continuait à battre sur sa cuisse le début du tube de Wham ! - pa, pa, pa, pam, pam -, tandis que ses yeux se baladaient sur le contenu du présentoir réfrigérant des charcuteries. »

Avec son tenace et éclairé procureur, l'auteur déterre les carcasses encore fumantes d'un passé qui a agité le drapeau noir de l'antisémitisme dans cette Pologne qui, en 1968 avec le régime communiste, a lancé une campagne contre les juifs. Ainsi cette escalade de la peur qui s'empare des habitants de la ville fait sonner le tocsin de son histoire enfouie mais pourtant toujours présente. Sandomierz mon amour. Les préjugés et la connerie (que j'ai préféré à crétinerie) ont la vie dure. Et c'est avec ce voile funeste qui plane sur la ville que l'on suit cette délicate enquête qui avance pas à pas, méthodiquement avec des personnages captivants, dans cette ville dont il nous semble connaître tous les obscurs contours, grâce au talent de Szacki qui se joue des nombreux obstacles.

« - Nous qui Bon Dieu ?

- Nous, les Polonais ordinaires. Les vrais Polonais. Bonne chance ! »

« Un fond de vérité » nous parle de cette vérité cachée au fond du puits, un puits qui n'est pas sans fond... de vérité. Miłoszewski s'est donné pour devoir de raviver la mémoire de sa nation à travers ce roman qui bouleverse autant qu'il asticote les consciences. Un délicat dessein maîtrisé avec un gant de velours et des pointes de dérision qui tracent des lignes subtiles et féroces. Un roman indispensable par un écrivain qui a la trempe des auteurs majeurs.

Mention : Soyez fous, allez visiter Sandomierz !

« Un fond de vérité », Mirobole Editions, Collection : Policiers, Traduit du Polonais par Kamil Barbarski, Date de parution 6 janvier 2015, 480 pages.

Zygmunt Miłoszewski, né à Varsovie le 8 mai 1976, est un auteur phare de la jeune génération polonaise. Ecrivain, journaliste et scénariste, il fait ses débuts en 2005 avec un roman d’horreur remarqué, Interphone. Aujourd'hui, ses romans sont traduits dans 9 pays. Les Impliqués (Mirobole, 2013) s'est vu sélectionné pour de nombreux prix, tel le Prix du polar européen , le Prix SNCF du polar et le Prix des lectrices de Elle. Mirobole a publié en janvier 2015 le deuxième volet des enquêtes de Teodore Szacki, Un fond de vérité.

Commenter cet article