Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SI LE CAIRE VOUS EN DIT

Publié le par Bob

SI LE CAIRE VOUS EN DIT

Introduction : « Je sais pas toi Bob mais je rêve de grimper en haut des pyramides et de crier ! » Je décidais de lui en mettre plein la vue à la Penny. « Voici ce que dit Cioran : A l'égard de la mort, j'oscille sans arrêt entre le mystère et le rien du tout, entre les Pyramides et la Morgue. » Elle levait une main et la collait devant sa bouche me faisant signe de la boucler et dit « Ouais, je peux t'en sortir moi aussi des citations : La forme même des pyramides d'Egypte montre que déjà les ouvriers avaient tendance à en faire de moins en moins. »

Adil, la star de l'équipe de foot égyptienne de Saad Hafani, un richous du pays jadis trafiquant, a disparu. Il contacte Makana, détective et ancien flic soudanais émigré au Caire, qui galère pas mal côté fric. Son enquête va le mener dans un bordel sans nom. L'assassinat d'une anglaise toujours à la recherche de sa fille disparue 17 ans plus tôt va l'aiguiller sur des pistes qu'il n'est pas souvent recommandé de suivre. Ça corruptionne, ça ment, ça tabasse, ça radicalise dans une ville pas seulement polluée par les bagnoles agonisantes.

On nous l'annonce, « Les Écailles d'or » sera suivi d'une série. On va donc pouvoir explorer Le Caire et toutes ses facettes grâce à la plume de Parker Bilal plus connu sous le nom de Jamal Mahjoub, auteur de littérature blanche. Cette enquête regorge de personnages et de situations qu'il m'est impossible de balayer mais le tout tient la route avec un exaltant suspense. « Qui va vous tenir en haleine ! » rajouterai avec justesse mon amie Penny. Le Nil et les pyramides sont la toile de fond de cette histoire qui fourrage surtout dans les belliqueuses manœuvres d'hommes épris de pouvoir avec un Makana, sagace détective, qui va s'enferrer dans ce pot-au-noir. Avec le soutien d'un flic et d'un journaliste, il va mettre à jour la férocité de la corruption et de la fourberie exploitées jusqu'à son expression la plus extrême dans laquelle les manigances sous couvert d'impunité ne peuvent conduire qu'à la fosse.

C'est dans ce fatras aux multiples connexions que la mouvance de l'islamisme fondamentaliste déploie insidieusement sa cape avec des unités spéciales pas spécialement pacifiques. Ainsi l'auteur soulève le couvercle sous lequel fourmille une armée de fanatiques excitée par leur projet politique et prête à tout pour soumettre les populations à la charia. Manaka en a dramatiquement subi les conséquences alors qu'il exerçait au Soudan. Le Sphinx peut se planquer, les démolisseurs sont à pied d’œuvre. Et c'est l'un des anciens bras droit du milliardaire Hafani, sortant enfin de l'ombre, qui en est la représentation. A tout ceci s'ajoute une sombre et tortueuse histoire de famille qui va donner du fil à retordre à notre subtil investigateur.

Voici donc une série qui s'annonce attrayante par l'attention que porte l'auteur pour les faits de société, pour sa maîtrise du récit malgré les contraintes d'une flopée de personnages, pour Le Caire « la conquérante » aux 20 millions d'habitants, pour la dimension psychologique de ces mêmes personnages – Makana avec ses blessures, sa lucidité et sa marginalité. Si Le Caire vous en dit... ne gâchez pas votre plaisir.

Mention : Seul petit bémol qui ne m'empêchera pas de suivre les prochaines péripéties égyptiennes, j'ai un peu souffert avec ces rencontres fortuites (le vieux et la mère d'Alice dans le souk, etc.) qui permettent un parfait enchaînement du récit.

« Les Écailles d'or », Seuil Policiers, Traduit par Gérard de Chergé, Date de parution 15/01/2015, 432 pages

Parker Bilal est le pseudonyme de Jamal Mahjoub, auteur anglo-soudanais de six romans non policiers publiés par Actes Sud. Il est né à Londres, a grandi à Khartoum, reçu une formation de géologue à l'université de Sheffield, vécu au Caire et au Danemark, et est maintenant installé à Barcelone.

Commenter cet article