Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

JUSTE CIEL !

Publié le par Bob

JUSTE CIEL !

Introduction : Penny, je te vois venir espèce de mécréante. Tu vas me dire « Oui, alors comme ça c'est encore une fois l'histoire d'un tueur en série mystique qui vit dans une cave, qui domestique des chauve-souris et des rats, qui fait mumuse avec eux en jouant au magicien parce qu'il n'a pas de colombes et de lapins sous la main. Parfois il les écrase sous la semelle de ses Rangers et il aime le cri du rat qui couine. Souvent il s'adonne à des séances d'auto-flagellation. Comme il est con comme ses pieds qui portent des Rangers, c'est avec le tire-bouchon de son couteau suisse qu'il s'automutile. Il dit que ceci est son sang... et blablabla et blablabla. »

Quai des Orfèvres. Le commandant Carat du 36 (facétie de l'auteure ?) et Franka, sa jeune recrue, sont sur les dents. Une nana est retrouvée dead après avoir été torturée, la langue tranchée, puis soignée et dans une position un peu spéciale. L'enquête stagne. Santini, la nouvelle divisionnaire, tutrice de Franka, veut des résultats. Ils ont plusieurs pistes mais un autre gisant est découvert. C'est la mouise. Et Mansour, l'ancien adjoint et ami de Carat, refait son apparition alors qu’il a été viré par ce dernier.

Dominique Sylvain a largué son célèbre duo Lola et Ingrid aussi « L'Archange du chaos » pourrait être le premier opus d'une nouvelle série mettant en scène le commandant Bastien Carat et Franka Kehlmann. Si tout indique que nous sommes amenés à suivre une énième enquête sur un serial killer qui laisse des indices ésotériques et, sachant que ce thème est ressassé dans des pavés qui, une fois réunis, pourraient recouvrir la place St Marc, que l’on tente le diable en faisant une confiance aveugle à l’auteur et qu’après la lecture de quelques pages il apparaît que finalement il y a matière à se taper une bonne récréation, il nous faut avouer que nous sommes d’intrépides lecteurs. Enquête il y a et je peux t’affirmer que si tu as l’oreille interne qui tourne de l’œil – c’est pas commun, je te le concède – et que ça te file le tournis prend une bonne respiration et ça va passer tout seul. Tout s’emboîte à merveille mais mon brave il faut un petit peu que tu y mettes du tien. C’est ainsi que le groupe de Carat va devoir désemberlificoter le binz en faisant des pirouettes pour enfin choper le maniaque. En effet, ils ne parviennent pas à faire le lien entre les meurtres et ça c’est pas fait pour arranger la sauce. Tu vas suspecter plusieurs tordus que l’on croit que ce sont eux les coupables mais que c'est pas eux et il n'en manque pas à l’appel. « Je travaille avec un plan minutieux. » avoue l’auteur. Pour que la boucle soit bouclée, on est plongé dans une ambiance funèbre dans des lieux qui suscitent l’angoisse.

Ce thriller mâtiné de roman policier – et réciproquement – mérite qu’on se le mette sous la dent. Tout repose en fait sur l’instabilité existante - et qui se propage - entre certains personnages aux failles parfois abyssales. C’est dans ces eaux profondes que tourbillonnent les tourments qui déterminent les réactions de chacun. Les liens se créent les secrets se délient. Juste ciel, on est ainsi contraint de se laisser prendre au piège du parti pris qui provoque une empathie pour ces êtres qui peinent à s’en sortir embringués qu’ils sont dans cette affaire frayant avec des rituels moyenâgeux ! Ce récit ténébreux est attisé par des dialogues habilement construits et d'une efficace vivacité. Franka et Bastien seront-ils vos nouveaux amis ?

Mention : « mettre sa main au feu » viendrait de l'ordalie par le fer rouge et « rester en travers de la gorge » de l'ordalie du fromage et du pain.

« L'Archange du chaos», Les Éditions Viviane Hamy, Collection Chemins Nocturnes, Date de parution 29/01/2015, 336 pages


Dominique Sylvain est née le 30 septembre 1957 à Thionville en Lorraine. Elle travaille pendant une douzaine d’années à Paris, d’abord comme journaliste, puis comme responsable de la communication interne et du mécénat chez Usinor. Pendant treize ans, elle a vécu avec sa famille en Asie. Ainsi, Tokyo, où elle a passé dix ans, lui a inspiré son premier roman Baka ! (1995). Sœurs de sang et Travestis (1997 et 1998) ont été écrits à Singapour. Elle habite actuellement à Paris mais reste très attachée à l’Asie où elle se rend régulièrement. Elle se consacre, désormais, exclusivement à l’écriture. Ses quatorze romans ont tous été publiés dans la collection Chemins Nocturnes, aux Éditions Viviane Hamy.

Commenter cet article